Les soldats Morts pour la france de la Première Guerre Mondiale

 

 

  

 

Descriptif des soixante treize morts pour la France de FRONTENAY

Photo des premiers blessés revenus du Front en 1915 avec l'abbé BOURDEAU et les soeurs de la Congrégation des Filles de la Croix de FRONTENAY

Hommes nés et domiciliés à FRONTENAY à leur décès

ROUSSEAU Henri Etienne né en 1889 - soldat au 3° Régiment d’Infanterie Coloniale – décédé le 22 août 1914 à SAINT VINCENT (Belgique), tué à l’ennemi

JUIN Isidore Pierre Eugène né le 4 avril 1889 – soldat au 114° Régiment d’Infanterie – décédé le 8 septembre 1914 à FERE CHAMPENOISE (Marne), tué à l’ennemi

FAUCHER Jean Victor né le 26 juillet 1888 – soldat au 125° Régiment d’Infanterie – décédé le 8 septembre 1914 à l’OEUILLY (Marne), tué à l’ennemi

CHOLLET Henri né le 7 juin 1889 – Caporal au 114° Régiment d’Infanterie - décédé le 18 septembre 1914 à MOURMELON LE GRAND (Marne), tué à l’ennemi

GUITTARD Ovide né le 9 août 1885 – Caporal au 323° Régiment d’Infanterie – décédé le 24 octobre 1914 à l’hôpital de NANCY, des suites de blessures de guerre

SAVARIT André né le 14 janvier 1889 – Soldat au 114° Régiment d’Infanterie – décédé le 24 octobre 1914 à VLAMERTINGHE (Belgique), tué à l’ennemi

POMMIER Onésine Adolphe Alfred né le 6 octobre 1887 – Soldat au 33° Régiment Colonial – décédé le 27 décembre 1914 à MASSIGE (Marne), tué à l’ennemi

COCHER François Auguste né le 10 juillet 1894 – Soldat au 125° Régiment d’Infanterie – décédé le 13 janvier 1915 à ZANNEBEKE (Belgique), tué à l’ennemi

SIMONNET Raymond né le 8 août 1894 – Soldat au 125° Régiment d’Infanterie – décédé le 11 mai 1915 à LOOS (Pas De Calais), tué à l’ennemi

CHABOISSEAU Charles Alexis né le 22 juillet 1884 – Soldat au 114° Régiment d’Infanterie – décédé le 14 mai 1915 à l’hôpital d’AMIENS (Somme), des suites de blessures de guerre

DECEMBRE Maxime né le 27 octobre 1887 – Soldat au 22° Régiment d’Infanterie Coloniale – décédé le 9 juin 1915 à l’hôpital Corbineau de CHALONS SUR MARNE (Marne), des suites d’une maladie contractée au service

GIRAUD Edmond François né le 9 janvier 1884 – Soldat au 44° Régiment d’Infanterie – décédé le 3 juillet 1915 à FONTAINE MADAME (Marne), tué à l’ennemi

PIE Albert Paul né le 7 février 1894 – Soldat au 149° Régiment d’Infanterie – décédé le 12 octobre 1915 à AIX NOULETTE (Pas de Calais), tué à l’ennemi

SIMON Félix né le 2 juin 1890 – Soldat de 2° classe – décédé le 27 février 1916 à DOUAUMONT (Meuse), tué à l’ennemi

VELTIN Léon Stanislas né le 7 juillet 1894 – Soldat au 4° Bataillon de Chasseurs – décédé le 7 mars 1916 à l’hôpital Fénelon de BAR LE DUC (Meuse), des suites de blessures de guerre

CHABOISSEAU André né le 23 avril 1896 – Soldat au 239° Régiment d’Infanterie – décédé le 23 juin 1916 à FLEURY (Meuse), disparu

GEOFFRIAULT Jean Auguste né le 10 juin 1882 – Soldat au 45° Régiment d’Infanterie 6° compagnie – décédé le 18 août 1916 à MAUREPAS (Somme), tué à l’ennemi

PAGEAUD Marcel Auguste né le 26 juin 1892 – Soldat à la 2° section d’infirmiers militaires – décédé le 4 septembre 1916 à VERDUN (Meuse), des suites de blessures de guerre

BABOUT Auguste Victor né le 5 décembre 1892 – Soldat au 294° Régiment d’Infanterie – décédé le 7 octobre 1916 à MORVAL (Somme), tué à l’ennemi

GUITTARD André Constant né le 19 février 1893 – Caporal au Régiment de Marche de Tirailleurs – décédé le 25 octobre 1916 à DOUAUMONT (Meuse), tué à l’ennemi

CHASSEAU Victor né le 10 mars 1892 – 2° clairon au 5° Bataillon de Chasseurs à Pied – décédé le 23 octobre 1917 au Chemin des Dames (Aisne), tué à l’ennemi

HERVE Raymond Maxime né le 4 août 1894 – Sergent au 4° Zouaves de Marche – décédé le 21 juillet 1918 à MAULOY (Aisne), tué à l’ennemi

SENNE Etienne Pierre né le 25 août 1891 – Caporal au 125° Régiment d’Infanterie – décédé le 9 août 1918 à HARGICOURT PIERREPONT (Somme), tué à l’ennemi

NEAU André Charles né le 31 juillet 1897 – Soldat au 114° Régiment d’Infanterie – décédé le 19 août 1918 à l’hôpital de VENDEUIL (Oise), des suites de blessures de guerre

BOUQUET Charles Théodule Albéric né le 22 novembre 1886 – Caporal au 232° Régiment d’Infanterie – décédé le 28 août 1918 à CHAPIGNY (Aisne), tué à l’ennemi

GAILLARD Georges Alexandre né le 2 août 1893 – Caporal fourrier au 5° Régiment de Tirailleurs Algériens – décédé le 29 septembre 1918 dans une ambulance à BRAUX SAINT COHIEU (Marne), des suites d’intoxication par gaz suffocants contractée sur le champ de bataille

ROUSSEAU Nestor né le 28 décembre 1893 – Soldat au 34° Régiment Colonial – décédé le 28 octobre 1918 à Casvally Clearingstation 42 à MONASTERE (Serbie), d’une maladie contractée au service

Hommes nés ailleurs mais domiciliés à FRONTENAY à leur décès

TURCAT René né le 27 octobre 1887 à MELLE – Trompette au 33° Régiment d’Artillerie – décédé le 26 octobre 1914 à ZONNEBECKE (Belgique), tué à l’ennemi

COULAIS Gustave né le 27 septembre 1888 à COURS – Soldat au 125° Régiment d’Infanterie – décédé le 2 novembre 1914 à l’hôpital de NANCY, des suites de blessures de guerre

MOREAU Léonce né le 21 septembre 1890 à GERMOND – Soldat au 77° Régiment d’Infanterie – décédé le 3 novembre 1914 à ZONNEBECKE (Belgique), tué à l’ennemi

LUEL Eugène Henri Gustave né le 02 octobre 1871 à MONTOURNAIS (Vendée) – Soldat au 125° Régiment d’Infanterie – décédé le 13 janvier 1915 à ZONNEBEKE (Belgique), tué à l’ennemi

TURCAT André né le 6 novembre 1894 à LEZAY – Soldat au 68° Régiment d’Infanterie – décédé le 10 mars 1915 à La Fosse de BETHUNE (Pas de Calais), des suites de ses blessures

OLLEREAU Alix né le 27 avril 1914 à VALLANS – Soldat au 160° Régiment d’Infanterie – décédé le 13 mai 1915 à Ecroivres, commune de MONT SAINT ELOY (Pas de Calais), des suites de blessures de guerre

RIVET Henri né le 10 décembre 1890 à NIORT – Sapeur au 5° Régiment du Génie – décédé le 5 mai 1915 à l’hôpital de La Sapétrière à PARIS 13°, des suites de blessures de guerre

GIRAUD Alphonse Emmanuel né le 19 mars 1885 à FENIOUX – Soldat au 37° Régiment d’Infanterie Coloniale – décédé le 23 février 1916 à l’hôpital 103 Gribeauval d’AMIENS, des suites de blessures de guerre par intoxication de gaz asphyxiants

DUBOIS Clotaire François né le 2 octobre 1892 à BUENOS AIRES (Argentine) – Soldat au 114° Régiment d’Infanterie – décédé le 7 mai 1916 à la côte 304 à ESVRES (Meuse), tué à l’ennemi

FAVRIAU Florentin né le 21 octobre 1889 à MONCOUTANT - Soldat au 125° Régiment d’Infanterie – décédé le 8 mai 1916 à la côte 304 à ESVRES (Meuse), tué à l’ennemi

BOINEAU Gilbert Roger né le 29 juin 1896 au VANNEAU – Soldat au 28° Régiment d’Artillerie – décédé le 26 juin 1916 à HAUDINVILLE (Meuse), tué à l’ennemi

FAUCHER Louis Frédéric né le 1° septembre 1879 à MARIGNY – Adjudant au 5° Bataillon de Tirailleurs Sénégalais – décédé le 15 mai 1917 à BARLEUX (Somme), décès constaté sur le champ de Bataille

FAVRIAU Félix Adolphe né le 26 mars 1885 à MONCOUTANT – Soldat au 79° Régiment d’Infanterie  5° compagnie – décédé le 8 août 1916 à MAUREPAS (Somme), tué à l’ennemi

VAUX Jean né le 9 juillet 1886 à SALLET SAVANGUY (Haute Vienne) – Soldat au 131° Régiment d’Infanterie – décédé le 23 septembre 1916 à SUZANNE (Somme),  des suites de blessures de guerre

BRUMAUD Louis né le 6 octobre 1887 à LA FAYE (Charente) – Soldat au 2° Régiment de Marche d’Afrique – décédé en septembre 1916 à VEBEH (Macédoine grecque), tué à l’ennemi

GOUDEAU Léon né le 10 août 1891 à SAINTE PEZENNE – Sergent au 32° Régiment d’Infanterie – décédé le 20 octobre 1916 à 2 kilomètres est de MORVAL (Somme), tué à l’ennemi

BERNARD Robert né le 27 août 1897 à ISSOUDUN (Indre) – Soldat au 123° Régiment d’Infanterie – décédé le 18 février 1917 à l’hôpital mixte de THOUARS, des suites d’une maladie contractée au service

CHOUX Raymond Ortholin né le 26 mai 1897 à AIFFRES – Maréchal des Logis au 228° Régiment d’Artillerie – décédé le 27 avril 1917 dans une ambulance à CHOUILLY (Aisne), des suites de blessures de guerre

BRAUD Aymé né le 15 juillet 1895 à CHERIGNE (Deux Sèvres) – 1° Canonnier au 252° Régiment d’Artillerie – décédé le 29 septembre 1917 à VERDUN (Meuse), tué à l’ennemi

TAPIE Julien Bertrand Louis Alexandre né le 3 janvier 1896 à SAINT PLE DALBOSC (Haute Garonne) – Caporal au 136° Régiment d’Infanterie 10° Compagnie – décédé le 27 octobre 1917 à BRAYE EN LAONNOIS (Aisne), tué à l’ennemi

MOUILLIER Henri Louis né le 28 avril 1898 à EPANNES – Lieutenant au 92° Régiment d’Infanterie – décédé le 3 juin 1918 à SAINT VAAST (Aisne), tué à l’ennemi

RAVON Honoré Auguste né le 26 mai 1897 à AZAY LE THOUET – Soldat au 129° Régiment d’Infanterie – décédé le 10 juin 1918 à l’hôpital Compagnie d’Armée 47 à OGNON (Oise), des suites de blessures de guerre

DEVAUD Raymond Victor né le 22 juin 1893 à AMURE – Maréchal des Logis au 238° Régiment d’Artillerie – décédé le 23 septembre 1918 à l’hôpital temporaire de DIJON (Côte d’Or), des suites d’une Broncho-pneumonie

DONIZEAU Alfred Julien né le 30 novembre 1897 à THORIGNE – Soldat au 123° Régiment d’Infanterie – décédé le 25 octobre 1918 à CHEVRESIS (Aisne) au combat de Fay le Noyer, tué à l’ennemi

COTILLON Henri Auguste Jules né le 23 juin 1883 au BUSSEAU – décédé le 9 décembre 1918 (après la fin de la guerre) dans une ambulance à CLERCY, d’une maladie contractée au service

Hommes nés à FRONTENAY mais domiciliés dans une autre commune

BARBANNEAU Roger Bastien né le 22 mai 1889 – Soldat au 66° Régiment d’Infanterie – décédé le 6 septembre 1915 dans une ambulance à FOSSEUX (Pas de Calais), des suites de ses blessures – dernière adresse à FERRIERES (Charente Maritime) 

LEDOUX Roger Raoul né le 30 octobre 1898 – Soldat au 130° Régiment d’Infanterie – décédé le 21 mars 1918 dans le secteur du Casque (Marne), tué à l’ennemi – dernière adresse à LEVALLOIS-PERRET (Seine)

Hommes dont la fiche est absente

MICHAUD Baptiste (tué en 1914)

HAMELINE désiré (tué en 1914)

PASQUET Jean (tué en 1914)

BERNARDEAU Henri (tué en 1914)

AIRAULT Armand (tué en 1914)

MOUNERON Gaston (tué en 1914)

MARTIN Norbert (tué en 1914)

BILLAUD Louis (tué en 1915)

LIGONNIERE Marcel (tué en 1915)

CAQUINEAU Albert (tué en 1915)

MICHEAU Gustave (tué en 1916)

MARCHAIS Fernand (tué en 1916)

CHAUVEAU Raoul (tué en 1916)

BOITEAU Joseph (tué en 1916)

VIVIER Louis (tué en 1916)           

BOUDEAU Raymond (tué en 1917)

VIDARD Emile (tué en 1917)

BLANCHARD Victor (tué en 1918)

COURAUD Jean (tué en 1918)

 

Parmi les 73 noms inscrits sur le monument aux morts de la Grande Guerre 1914-1918, 27 soldats sont de « purs » frontenaysiens, nés à FRONTENAY et décédés Mort pour la France, domiciliés à FRONTENAY. Seulement deux d’entre eux, nés à FRONTENAY, étaient domiciliés dans une autre commune (Roger BARBANNEAU à FERRIERES – Charente Inférieure – et Roger LEDOUX à LEVALLOIS-PERRET – Seine -)  et 25 soldats étaient Frontenaysiens d’adoption ou habitant depuis leur tendre enfance puisque nés dans une autre commune (19 dans les Deux-Sèvres, 1 en Vendée, 1 en Charente, 1 dans l’Indre, 1 en Haute-Vienne, 1 en Haute-Garonne et 1 à BUENOS AIRES en Argentine !). En revanche, 19 soldats ne possèdent pas de fiche descriptive (voir notes à la fin de cette page). Il y a une impossibilité immédiate de les inclure dans les statistiques car il faut pour cela consulter l’Etat Civil de FRONTENAY pour y lever les transcriptions d’actes de décès et y puiser les informations requises. Les statistiques se basent donc sur les 52 soldats dont les informations sont complètes.

L’Infanterie accusa de lourdes pertes dans cette véritable « boucherie » car les fantassins vivaient au cœur des tranchées et d’assauts successifs afin de gagner quelques mètres à l’ennemi allemand. 35 fantassins frontenaysiens y perdirent la vie dans les tranchées, au cours des combats corps à corps, dans des hôpitaux ou des ambulances des suites de leurs blessures, contre seulement 5 artilleurs mieux protégés derrières leurs canons et leurs batteries.

Les 114° et 125 Régiments d’Infanterie (RI), où étaient affectés de nombreux deux-sévriens furent les régiments les plus touchés avec respectivement 6 et 7 tués.

En toute logique, 39 soldats du rang frontenaysiens périrent, ainsi que 7 caporaux, 4 sergents ou Maréchaux des Logis, 1 adjudant Louis Frédéric FAUCHER décédé à BARLEUX (Somme) en mai 1917 et un Lieutenant âgé de 20 ans, Henri Louis MOUILLIER, décédé en juin 1918 à SAINT VAAST (Somme).

En se reportant aux âges et aux dates de naissance et de décès des soldats, on peut observer que les conscrits les plus marqués par les décès furent les soldats nés en 1889 (6 soldats tués), en 1894 (6 soldats tués), en 1897 (5 soldats tués), en 1887 et 1893 avec 4 soldats tués ; ce qui engendra évidemment un trou conséquent dans les générations futures à naître. De même, les âges les plus atteints furent les soldats âgés de 25 ans (10 décès), 21 ans et 31 ans (6 décès), 20 ans et 24 ans (5 décès) et enfin 26 ans et 27 ans (4 décès) de sorte qu’avoir 25 ans en 1916, soldat dans un Régiment d’Infanterie, était vraiment une source de tourmente et d’avenir très sombre.

En mai 1915, FRONTENAY reçut 4 décès de soldats, 4 effroyables nouvelles. L’année 1915 ne fut pas l’année la plus noire en décès (11) mais en 1916, avec pas moins de 16 décès, suivie de 1918 (12 décès), de 1914 (10 décès) et enfin 1917, avec seulement 5 décès. Si l’on analyse les lieux de décès, on peut suivre également l’évolution générale de la guerre, des décès en 1914 – 1915 en Belgique (6 décès), dans la Marne (6 décès) et dans les Pas de Calais (5 décès) puis le front se déplaça vers la Meuse et plus particulièrement à VERDUN en 1916 (8 décès) puis en 1917 – 1918, dans l’Aisne (Chemin des Dames) avec 7 décès. On peut également noter deux décès dans le front des Balkans avec le décès de Louis BRUMAUD en septembre 1916 à VEBEH (Macédoine grecque) et celui de Nestor ROUSSEAU en octobre 1918 à MONASTERE (Serbie).

Quant à l’origine des décès, une grande majorité des soldats (33) furent tués au combat, « tué à l’ennemi » ou des suites de leurs blessures de guerre (13 décès), d’une maladie contractée au service (5 décès) ou d’intoxication par gaz (2 décès) et 1 disparu, André CHABOISSEAU, décédé en juin 1916 à FLEURY (VERDUN, Meuse) dont le corps n’a jamais été retrouvé. De plus, 11 soldats, décédés des suites de leurs blessures, le furent dans un hôpital et 4 dans une ambulance.

 

NOTES : Le site Internet « Mémoire des hommes » est destiné à mettre à la disposition du public des bases de données réalisées à partir de la numérisation et de l’indexation de fiches biographiques conservées par le ministère de la Défense. Il a également pour vocation d’honorer la mémoire de celles et ceux qui ont participé ou donné leur vie au cours des conflits de l’époque contemporaine.

Une des bases présente plus de 1,3 million de fiches individuelles numérisées de militaires décédés au cours de la Grande Guerre et ayant obtenu la mention "Morts pour la France". Plus de 1,3 million de militaires décédés au cours de la Grande Guerre et ayant obtenu la mention " Mort pour la France" figurent sur cette base de données. Celle-ci a été constituée par la numérisation et l’indexation des fiches élaborées au lendemain de la Première Guerre mondiale par l’administration des anciens combattants et aujourd’hui conservées par la direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives du ministère de la Défense. La mention "Mort pour la France" est accordée, suivant certaines conditions, en vertu des articles L488 à L492bis du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre. Cet ensemble de fiches nous a été transmis tel qu’il a été constitué et ne prétend pas à l’exhaustivité. C’est donc pour cela qu’un certain nombre de décédés frontenaysiens ne sont pas inclus dans cette base.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×