L'histoire du Village de Bassée

Le village de Bassée, dépendant de la commune de FRONTENAY, était au VIIIème siècle, le siège de la juridiction d’un viguier. Les viguiers étaient primitivement des officiers qui remplaçaient les Comtes, et étaient en quelque sorte leurs vicaires, dans les petites villes du Comté.

On donnait le nom de viguerie, à l’office du viguier ou à la circonscription territoriale dans laquelle il exerçait sa juridiction. Les causes capitales, qui constituaient la haute justice, étaient réservées au Comte ou au Roi. A l’époque de la décadence de l’Empire Carlovingien, les vigueries devinrent comme les autres offices, des fiefs héréditaires. Les viguiers s’emparèrent alors, dans quelques contrées, des droits de haute justice, et c’est ce qui arriva pour la viguerie de Bassée, où subsistait encore un lieu-dit dénommé « les Justices de Bassée ».

Lorsque, plus tard, FRONTENAY devint le chef lieu féodal le plus important de la contrée et qu’il détruisit la prédominance juridique de Bassée, lorsque la viguerie engendra, pour ainsi dire, les Seigneurs de FRONTENAY, ces derniers, en changeant le siège de leur autorité, ont reporté ailleurs – au lieu-dit « Les Justices », non loin de la route Nationale de NIORT à LA ROCHELLE, et près de la métairie de Montéreau – les fourches patibulaires (triangle formé par trois poteaux reliés par des traverses servant à accrocher les condamnés), les poteaux de justice, signes évidents de leur domination. Il subsista jusqu’à la révolution à Bassée, une recette de perception du cens (impôt payé au Roi et au Seigneur). Le village de Bassée avait une maison noble possédée notamment par les DESIRE, une famille d’ancienne chevalerie.

En 1275, les terres, appartenant à Pierre DESIRE, furent données à l’abbaye de SAINT MAIXENT.

L’aumônerie de Bassée où existait une chapelle placée sous le vocable de Notre dame de Pitié fut réunie au prieuré du bourg de FRONTENAY par l’abbé de NOUAILLE. Dévastée aux cours des guerres franco-anglaises, en 1359 l’aumônerie ralentit son activité et à dater de 1370, les offices cessèrent d’y être célébrés. Près de Bassée, deux sources portent le nom de Bouillé-Duron

En ce qui concerne ce village de Bassée, il existe trois fontaines. Deux sont situées en bordure du C.D 102 reliant Bassée à Granzay juste après le premier pont en venant de Frontenay sur le côté gauche. Il s'agit pour la première fontaine de Bouilduron et à quelques centaines de mètres la deuxième qui porte le nom de fontaine Sarazin. Enfin la troisième fontaine qui est située à l'extrémité du village non loin de la courance,  qui porte le joli nom de fontaine de la mariée.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site