La Motte Féodale de Fougery et son marais

Dans la commune de FRONTENAY-ROHAN-ROHAN, à une courte distance du château de Faugerit (ou Fougerit) et de la petite rivière « La Mère », on rencontre, au lieu dit « l’Honorée », un terrain sous le n° 2016 du plan cadastral Napoléonien, ayant la forme quadrangulaire, et entouré de larges et profonds fossés (5 mètres de largeur environ). La surface de ce terrain, où l’herbe croit sur un sol légèrement mamelonné, avait un aspect un peu abandonné aux caprices de la nature ; et la tradition, corroborée par la physionomie du lieu), voulait que là s’élevait, aux premiers temps de la féodalité, dès l’époque de la prédominance féodale de Bassée, un lieu de refuge, un antique Castellum, une Motte féodale (désignant la colline où s’élevait un château fort et par extension, le château lui-même).

A une époque indéterminée, ce chef-lieu du premier fief de Faugerit ou Fougerit, fut transporté, de son assiette marécageuse, où les fossés étaient alimentés par l’eau de « La Mère » au lieu où s’élevait en 1909 le Château de Faugerit (Cadastré n° 2036). Le Seigneur avait droit de four banal, de garenne, de pigeonnier etc. etc. avant la Révolution. Cette désignation de « L’Honorée » était très certainement indicatrice d’un lieu ou repaire noble, d’une haute antiquité.

Construite à l’emplacement d’une Motte Féodale, la maison noble de Faugery est mentionnée dans les comptes d’Alphonse de POITIERS. Elle appartenait alors à Jean HELIE. Ses descendants firent réparer, en 1246, un moulin situé à proximité. Les terres et seigneuries de Faugerit et de Bassée étaient possédées en 1742 et encore au commencement de 1782, à Jean-Hélie FORIER, Ecuyer, ancien Receveur des Tailles de la ville de POITIERS. . Sur les poursuites des créanciers du sieur FORIER, le château de Fougerit et les terres composant le dit domaine, furent adjugés, par sentence de la Cour des Aides de PARIS, du 8 mai 1782, à un sieur Jean-Michel MARTIN l’aîné, négociant, ancien Juge et Consul de la ville de NIORT, y demeurant, rue du Pont, moyennant 35 400 livres et diverses charges.

Parmi les biens adjugés se trouvaient : 30 quartiers de marais, appelés « les marais de Fougery » ; 10 quartiers de pré, appelés « le Grand Pré », et 32 quartiers de pré au dessus de Chasserat, pour lesquels il était dit qu’après la fauche et l’herbe enlevée, «  ils devenaient communs avec les habitants du dit Fougery qui y faisaient pacager leurs bestiaux jusqu’au temps prohibé ».

Cette charge fut exécutée par l’acquéreur du Château de Fougery et les différents propriétaires qui lui succédèrent, et les habitants pacagèrent, selon leurs droits, les marais et prés en question.

Mais de nombreux procès eurent lieu, pour l’exercice du droit, entre les propriétaires et les habitants. Ces procès portèrent notamment sur le droit lui-même de pacage qui fut contesté ; sur les parcelles divisées entre plusieurs propriétaires où le pacage devait s’exercer ; sur les troubles apportés par les différents propriétaires à la jouissance des usagers, soit par suite de plantations d’arbres ; sur les passages interceptés aux habitants.

En 1873, le propriétaire des biens grevés du droit de pacage assigna le maire de FRONTENAY ROHAN ROHAN, comme représentant des habitants de Fougery. Il demanda le cantonnement de ceux-ci, et, après une longue procédure, il fut attribué aux habitants de Fougery, usagers du droit, pour leur tenir lieu de la valeur et des avantages dont ils jouissaient jusqu’alors, une portion de marais de 13 hectares, 28 ares en pleine propriété.

Depuis lors, chaque année, avant la récolte, les habitants se réunissaient, partageaient la pièce de marais en question en autant de tâches qu’il se trouvait alors de feux dans le village et tiraient au sort les parcelles. Chacun faisait la récolte de la pièce qui lui était échue et tous les habitants faisaient pacager en commun leurs bestiaux dans toute la pièce.

C’était le partage de cette pièce de marais de 13 hectares 28 ares qui fut demandé, après l’accomplissement de formalités légales, par les 25 ménages ayants droit, habitants en 1908 du village de FOUGERY.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×